Accédez au site du Conseil d'État et de la Juridiction Administrative
Accueil / Le tribunal administratif / Histoire du tribunal

Histoire du tribunal

Histoire et architecture du tribunal

Histoire du tribunal

Le tribunal administratif de Bordeaux est implanté, depuis le 28 octobre 1991, 9 rue Tastet, en centre ville, à proximité du palais de justice, dans un bâtiment rénové et spacieux.

L'immeuble, qui datait du début du XIXème siècle, a abrité notamment une très importante fabrique de tapis et de literie (Jacquemet-Laroque) puis, à la fin du XIXème siècle, une fabrique de chaussures de luxe (Maison Fourcade) et, au XXème siècle, les papeteries Navarre.
La rénovation au début des années 1990 a permis au tribunal, alors très mal logé, de disposer d'une superficie de 1 900 m2 sur cinq niveaux (rez-de-chaussée et quatre étages). Le bâtiment principal comprend les bureaux du greffe au rez-de-chaussée et au 1er étage, ceux des magistrats aux 2ème et 3ème étages et la bibliothèque au 4ème étage. Un bâtiment adjacent abrite au rez-de-chaussée la salle d'audience, la salle des pas perdus et la salle des avocats.
L'acquisition de l'immeuble voisin, 7 rue Tastet, destinée à permettre l'extension du tribunal en raison de l'évolution de son activité, lui donne 400 m2 supplémentaires.

f2bis

La plus grande partie a été rénovée en 2006 : une salle au sous-sol pour les archives ; le bureau du courrier, une salle de réunion et une petite salle de détente au rez-de-chaussée ; un bureau de président et deux bureaux pour les assistants de justice au 2ème étage).

f5


Le transfert du bureau du courrier dans cette partie a permis un réaménagement complet des locaux situés à l'entrée du tribunal avec un nouveau lieu d'accueil et une petite salle d'audience pour les référés.Celui de la salle de réunion et de celle des assistants de justice a permis de créer quatre bureaux de magistrats au 2ème étage du bâtiment principal, en contiguïté du nouveau bâtiment, opération nécessitée notamment par la création d'une cinquième chambre au tribunal administratif de Bordeaux.

f8

Enfin, les locaux du tribunal ont été mis aux normes pour l'accès des personnes handicapées, y compris de celles susceptibles de travailler en son sein (porte d'entrée automatique, monte-handicapés, plans inclinés pour l'accès des magistrats aux tribunes des salles d'audience).

Les locaux non encore aménagés du 1er étage de l'immeuble du 7 rue Tastet permettront de faire face à une nouvelle extension de l'activité du tribunal.

f11

Comme tout tribunal administratif, celui de Bordeaux est l'héritier de l'ancien Conseil interdépartemental de préfecture, dont les présidents ont été les suivants :
M.Jaquin (1948 - 1951)
M. Dilhac (1951 - 1953)

Les présidents du tribunal administratif de Bordeaux ont été successivement :
M. Dilhac (1954-1955)
M. René de la Fayolle de Mars (1955-1957)
M. Braun (1957-1968)
M. Charles Ourgaut (1968-1983)
M. Jean Pouget (1983-1990)
M. Georges Gouardes (1990-2004)
M. Henri Chavrier (2004-2010)
M. Daniel Richer (2010-2013)                                                                                    M. Jean-François Desramé (depuis le 1er juillet 2013)

 

L'histoire du bâtiment


L'immeuble de la rue Tastet occupé par le tribunal administratif est sis sur un terrain marécageux, presque inculte vendu, en 1771 par lettres patentes du mois de mai, signées à Versailles.
Ce domaine en éventail est limité à l'Est par le Peugue, qui coule et reflue à découvert, au Nord par la Devèze et à l'Ouest, par les terrains des Chartreux.
Confié à RODESSE, régisseur de la fortune de ROHAN, le produit de cette vente « la plus grande opération immobilière du XVIIIème siècle » doit servir à la reconstruction de la maison archi-épiscopale, aujourd'hui l'Hôtel de Ville de Bordeaux.

1786 - Le Sieur Arnaud Lartigue, marchand, demeurant à Bordeaux, fait de ce lieu un commerce de laines, lainages et tient un atelier de teinture.

En 1805, le quartier est en pleine rénovation et M. Laroque, marchand, et son gendre implantent une fabrique, à l'Ouest du cours d'Albret, à cheval sur le Peugue entre les futures rues Lecocq, de Belfort et Tastet.

Devenue, en 1825 la principale fabrique du département, Laroque frères et fils se mécanise et emploie la vapeur comme force motrice. Au total : 250 ouvriers, hommes, femmes et enfants travaillent dans différents ateliers de la fabrique.
En 1844, le gendre de M. Laroque, Charles Jaquemet s'associe avec son beau-frère, Alfred Laroque.
Charles Jaquemet, adjoint au maire de Bordeaux en 1849, obtient la Légion d'honneur en 1843 pour les travaux sur les machines à vapeur.

En 1862, l'activité de la société devenue Laroque-Jaquemet se consacre exclusivement à la literie.
C'est la maison Charrier, place Puy-Paulin, aujourd'hui Dugard qui, après avoir embauché le personnel, prit la suite des tapis et la maison Elie Bernat, la literie.

En 1860 Louis Michel Garros, (1831/1911) Architecte, gendre de Charles Jaquemet fonde dans la salle d'exposition de la Manufacture un cabinet d'architecture et d'expertise perpétué par Michel Garros et Jean-Louis Canouet, Architectes, et par Jacques Plésent, Paul Plésent et Jean-Claude Jameau, Experts. Il a utilisé avec éclectisme les styles anciens et a fait des emprunts à la Renaissance française et au gothique anglais..
Une fabrique de chaussures de luxe, la Maison Fourcade J. et Cie, occupe les immeubles n° 7-à 13 de la rue Tastet de 1885 à 1891. En 1893, elle est mentionnée rue Mouneyra.
Les différents ouvrages consultés apportent peu d'informations jusqu'au début du XXe siècle.
Durant les années 1920, les lieux sont occupés par l'Union française de papeterie / Papeteries Navarre. Elles sont situées à l'heure actuelle dans le quartier du Lac à Bordeaux.

 

Toutes les actualités

toutes les actualités